Edito Pour sa deuxième édition, le Festival « Play It Again ! » est parrainé par Benoît Jacquot. A l’image de ce cinéaste inclassable, la sélection 2015-2016 met à l’honneur l’éclectisme des goûts et l’exigence des choix des distributeurs de l’ADFP. Des « classiques » (Bresson, Ford, Hitchcock, Kurosawa, Murnau) ... Lire plusaux grands auteurs contemporains (Almodovar, Bertolucci, Scorsese), des comédies et mélodrames hollywoodiens (Elle et Lui, Indiscret) à la Nouvelle Vague (L’Eau à la bouche), de la comédie musicale (Orfeu Negro) au film d’action (Rambo), le festival est le moment privilégié de redécouvrir quelques films qui font l’histoire du cinéma. Mais il témoigne aussi de la diversité des cultures (hommage au cinéma français des années 30 dans Rosa la rose, fille publique, hommage aux arts culinaires d’Asie dans Salé Sucré) et de l’intemporalité d’œuvres emblématiques d’une génération (Joe Hill), certaines restées trop longtemps invisibles (Une aussi longue absence).

Fidèle à sa jeune tradition, « Play It Again » offre aussi son lot de séances spéciales, notamment à destination du jeune public, avec cette année un hommage aux cinémas d’Europe de l’Est, sans oublier les amoureux de cinéma muet et de musique, que notre sélection de Ciné-Concerts devrait combler !

Si ce programme invite à partager une diversité d’émotions non dénuées parfois de nostalgie, il démontre aussi que le cinéma de patrimoine est désormais à nos portes : le tiers de notre sélection renvoie en effet aux années 80-90, et ce n’est pas un hasard si c’est un autre film phare de ces mêmes années qui ouvrira le festival, avec l’avant-première de Mauvais sang, de Leos Carax. Pas de festival enfin sans la découverte de raretés : tout juste restauré, c’est La belle vie, le premier long métrage, méconnu et engagé, de Robert Enrico, qui clôturera cette deuxième édition. Nous vous souhaitons à tous de grands moments de plaisir à partager dans le lieu pour lequel les films sont faits, la salle de cinéma !
Masquer